Distros

Logo Gnu

Accueil FAQ articles Téléchargements Liens Liste des GuLLs agenda contacts Plan du site
lundi 23 octobre 2017 | Connecter

Connexion

Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !

 

MageiaLovers

 

 

SONDAGE

3D AMD Androïd Apple April Arduino ARM Big Data Blog Canonical Cercll CERN Chrome OS Cisco Cloud CNIL Container Conteneurs Coup de gueule CSS Debian Docker DracOS Ecologie Emmabuntüs Ericson Facebook Fedora Filezilla Firefox Flash FramaSoft FramaTalk Framatalk Framasoft France 2 France 2 Microsoft Free FreeBSD Google Gouvernement Gull HTML HTML 5 https IBM Intel Internet Java Jeux Joomla Justice KDE kernel Lenovo LibreOffice Linus Torvalds Linux LinuxJobs LL MacOS Mageia MandraixOS Mate Microsoft Mint MLO Mozilla Notices GPG Nougat Noyau NSA Nvidia Open Source OpenStack Opera OS X Qnap Raspberry Red Hat Réseau SQL Suse Sécurité Thunderbird Tor Twitter Ubuntu Ubuntu Canonical Ubuntu Flashtool UEFI VLC WhatsApp Wi_Fi Windows WordPress x86 Xoops

IBM recycle ses mainframes en machines à tout chiffrer

Publié par Christian le 19/07/2017 00:00:00 (33 lectures)
IBM

Le dernier né des mainframes d’IBM se veut une machine à tout chiffrer dans l’entreprise. Une réponse concrète à la montée des régulations sur les données, à l’instar du GDPR en Europe.

Ringard et trop coûteux le mainframe ? IBM tente de démontrer le contraire en faisant de son dernier né de la gamme des systèmes Z une machine à chiffrer toutes les transactions de l’organisation, que l’on parle de Cloud ou d’enregistrements dans des bases de données. Baptisé simplement IBM Z, ce système peut gérer plus de 12 milliards de transactions chiffrées par jour. Selon Big Blue, il s’agit là du repositionnement « le plus significatif de la technologie mainframe » depuis que les systèmes Z se sont convertis à Linux et à l’Open Source.

La suite sur silicon.fr

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat