Distros

Logo Gnu

Accueil FAQ articles Téléchargements Liens Liste des GuLLs agenda contacts Plan du site
lundi 21 août 2017 | Connecter

Connexion

Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !

 

MageiaLovers

 

 

SONDAGE

3D AMD Androïd Apple April Arduino ARM Big Data Blog Canonical Cercll CERN Chrome OS Cisco Cloud CNIL Container Conteneurs Coup de gueule CSS Debian Docker DracOS Ecologie Emmabuntüs Ericson Facebook Fedora Filezilla Firefox Flash FramaSoft FramaTalk Framatalk Framasoft France 2 France 2 Microsoft Free FreeBSD Google Gouvernement Gull HTML HTML 5 https IBM Intel Internet Java Jeux Joomla Justice KDE kernel Lenovo LibreOffice Linus Torvalds Linux LinuxJobs LL MacOS Mageia MandraixOS Mate Microsoft Mint MLO Mozilla Notices GPG Nougat Noyau NSA Nvidia Open Source OpenStack Opera OS X Qnap Raspberry Red Hat Réseau SQL Suse Sécurité Thunderbird Tor Twitter Ubuntu Ubuntu Canonical Ubuntu Flashtool UEFI VLC WhatsApp Wi_Fi Windows WordPress x86 Xoops

Fenêtres, histoire d'une lignée...

Publié par Eric le 24/02/2017 07:10:00 (127 lectures)
WINDOWS

Windows ⇒ fenêtres en français.

Ouvertures sur l’extérieur.

Ce mot est parfois utilisé dans certains domaines, aéronautiques ou militaires pour désigner une plage horaire par exemple ou un moment opportun pour une action précise. Ex : une fenêtre de tir.

Depuis (trop) longtemps déjà, ce mot désigne un (soit-disant) système d’exploitation. Lequel à été imposé artificiellement au niveau commercial par un certain Billou de Redmond (made in USA).

C’est là que le terme de fenêtre devient intéressant, car on se rend compte que ça n’est pas forcément une ouverture d’esprit.

Windows est plein de pépins, ce qui fait que ça en fait le chouchou adoré par tous les dépanneurs en informatique de la terre qui ont trouvé en lui le complice idéal pour leur sport favori : le plumage des pigeons farcis, appelés également gogos, Michu (mâle et femelle) ou autres naïfs numériques.

Windows est généralement réputé pour ses écrans aux couleurs stressantes ayant une très forte et fréquente tendance à virer au bleu intégral assorti de suites de chiffres et de lettres (merci Armand Jammot) aux relents pseudo-ésotériques.

De plus, Windows est l’inventeur des sons systèmes capables de faire péter une valvule cardiaque d'utilisateur moyen et cailler le lait des vaches. Ceci fit d’ailleurs dire en un temps que « les programmeurs de Windows se bourraient de café pendant que les développeurs de Linux dégustaient du thé ».

Windows est gentil, tellement qu’il est l’ami de tous le monde et qu’à ce titre il garde tout sur tous avec assiduité afin que sa copine, Charlotte-Irène Amentout, garde un œil bien malveillant sur tout son petit monde de joyeux utilisateurs inconscients et conditionnés en vrac.

Malgré cette immense générosité, on peut cependant affirmer que Windows n'aime pas les manchots, surtout ceux de l’espèce des Linux qui répondent au prénom de Tux. Il est vrai que Tux a la fâcheuse tendance de venir coincer son noyau en travers des pépins de Windows, lequel en fait une telle éruption de cutanée qu’il ne peut être soulagé qu’en pressant ensemble les boutons « Ctrl, Alt et Suppr », manœuvre fortement éprouvante dans les pays nordiques où l’on travaille avec des moufles.

Windows à connu bien des évolutions (enfin, si on peut appeler ça évoluer).

Parti de 1.0 pour arriver à pas grand-chose, c’est à dire 10, qui sera vraisemblablement son dernier cas, il est passé par différents numéros sans jamais faire du 9.

Il y a même eu un numéro honteux, le tristement inconnu « 93 » (faut dire que le 9-3 c’est pas terrible), qui n’est jamais sorti au grand jour. Celui-ci vit reclus quelque part sur l’Internet à une adresse presque oubliée de tous sur laquelle il ne reçoit que très peu de visites.

Je profite de ce billet pour vous demander la générosité d’aller lui faire quelques clics, sinon amicaux, tout au moins compatissants, voire curieux et amusés ici.

Vous y rencontrerez le navigateur web CatExplorer, lequel fut victime de sa mauvaise accointance avec notre 93, divers logiciels illogiques et une version de l’épisode IV de Star Wars, laquelle version provoqua un fort sentiment de culpabilité à un certain Georges Lucas.

Depuis, et afin de se faire pardonner, celui-ci ne cesse d’ajouter (dans un ordre très approximatif) des versions 5,6,1,2,3,7,8 et bientôt 9 (lui au moins, il en fait du 9).

Bref, curieuse lignée que ce Windows, on peut d’ailleurs retrouver l’histoire (affligeante) de cette peu recommandable lignée ici.

Allez, assez parlé des malheurs du monde, reprenons une vie normale avec un vrai OS.

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat