Distros

Logo Gnu

Accueil FAQ articles Téléchargements Liens Liste des GuLLs agenda contacts Plan du site
vendredi 18 août 2017 | Connecter

Connexion

Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !

 

MageiaLovers

 

 

SONDAGE

3D AMD Androïd Apple April Arduino ARM Big Data Blog Canonical Cercll CERN Chrome OS Cisco Cloud CNIL Container Conteneurs Coup de gueule CSS Debian Docker DracOS Ecologie Emmabuntüs Ericson Facebook Fedora Filezilla Firefox Flash FramaSoft FramaTalk Framatalk Framasoft France 2 France 2 Microsoft Free FreeBSD Google Gouvernement Gull HTML HTML 5 https IBM Intel Internet Java Jeux Joomla Justice KDE kernel Lenovo LibreOffice Linus Torvalds Linux LinuxJobs LL MacOS Mageia MandraixOS Mate Microsoft Mint MLO Mozilla Notices GPG Nougat Noyau NSA Nvidia Open Source OpenStack Opera OS X Qnap Raspberry Red Hat Réseau SQL Suse Sécurité Thunderbird Tor Twitter Ubuntu Ubuntu Canonical Ubuntu Flashtool UEFI VLC WhatsApp Wi_Fi Windows WordPress x86 Xoops
Flux RSS

April.

(1) 2 3 4 »
Publié par Christian le 14/08/2017 00:00:00 (10 lectures)
APRIL

Je vais vous parler un peu de photographie ce qu’on appelle libre et puis je vais, bien sûr, vous expliquer ce que c’est ce qu’on appelle une photographie libre.

Donc je me présente. Je m’appelle Lionel Allorge, je suis membre du conseil d’administration de l’April1 qui est l‘association qui représente en France la fondation Wikimedia qui est une fondation américaine et qui chapeaute, notamment, Wikipédia qui est un projet que, je pense, la plupart d’entre vous ont déjà vu si vous allez sur Internet.

La photo libre. La photographie libre

L’idée c’est, dans le prolongement des logiciels libres, de faire un partage de connaissance qui soit le moins restrictif possible pour que les gens puissent se l’approprier et le réutiliser. Ça, ce sont les grandes lignes théoriques. Ça veut dire que, notamment si vous allez sur Wikipédia, c’est une encyclopédie qui contient des textes et ces textes vous pouvez, vous avez le droit, de les copier-coller, contrairement à la logique du droit d’auteur qui est que quand vous avez un texte qui a été écrit par un auteur, si vous voulez en faire quoi que ce soit, c’est-à-dire le publier, le copier sur votre blog, le transférer à vos amis, vous êtes obligé de demander, à chaque fois, l’autorisation à l’auteur. Donc évidemment, ça rend très difficile le partage de la connaissance.

La suite sur april.org

Publié par Christian le 09/08/2017 00:00:00 (18 lectures)
APRIL

Le Logiciel Libre est enfin reconnu par les pouvoirs publics et les décideurs politiques comme un enjeu stratégique. Pourtant le combat est loin d’être gagné et il reste un immense travail de sensibilisation à accomplir. A quelques mois d’échéances électorales essentielles pour le pays, Frédéric Couchet fera un point sur les dossiers en cours et présentera différents modes d’action pour agir auprès des responsables politiques.

Le logiciel libre

Frédéric Couchet : Alors, quelles sont les quatre libertés du logiciel libre ? Donc je vais résumer pour les personnes qui ne savent pas ce qu'est un logiciel libre, très rapidement. Le Libre, c'est quatre libertés essentielles.

  • La première, c'est la liberté d'utiliser le programme, quels que soient les besoins. Donc, que vous ayez téléchargé le logiciel libre, que vous l'ayez acheté dans le commerce quelque part, que vous en ayez fait une copie, la liberté d'utilisation est totale. Sur un poste, par exemple sur mon portable ; sur tous les postes, par exemple de la Fac, de l'entreprise, de la collectivité. Donc liberté d'utilisation totale. Dans le cas du logiciel propriétaire, qui s'oppose au logiciel libre, cette liberté vous l'avez, mais elle est très encadrée car, généralement, c'est sur un poste, et pas plus. Là, liberté totale d'utilisation.
  • Deuxième liberté, c'est la liberté d'étudier le fonctionnement du programme. Parce que le logiciel libre vient avec son code source, c'est-à-dire sa recette de cuisine, la façon selon laquelle l'informaticien a travaillé. Ça permet, évidemment, de voir comment le logiciel fonctionne, ce qu'il fait, en termes pédagogiques c'est intéressant, sécurité, etc. Ça, c'est la deuxième liberté : étudier son fonctionnement.
  • La troisième liberté c'est, eh bien une fois qu'on a étudié, on aimerait bien savoir le modifier. Et on veut pouvoir modifier le logiciel pour, en gros, deux raisons. La première, c'est rajouter des fonctionnalités. C'est-à-dire un logiciel, ça répond à des besoins à l'instant t, mais deux jours plus tard, il y a des nouvelles fonctionnalités qui apparaissent, des nouveaux besoins, et on veut pouvoir les rajouter. Et puis il y a des bugs dans les logiciels. Même dans les logiciels libres, il y a des bugs. Eh bien, il faut pouvoir corriger ces bugs. Ça, ça veut dire modifier le logiciel, soit pour rajouter des fonctionnalités, soit pour corriger des bugs.
  • Donc, ces trois premières libertés — utilisation, étude, modification — ça concerne les gens qui ont récupéré le logiciel. Et plus généralement, il n'y a pas la communauté, il n'y a pas le monde entier, on va dire. C'est la quatrième liberté qui crée, finalement, la communauté, la ligne de partage, c'est la liberté de faire des redistributions, des copies, à la fois de la version originale du logiciel, la version que l'on a récupérée, donc la version exécutable, mais également des versions modifiées, la version sur laquelle on a rajouté des fonctionnalités, où l'on a corrigé un bug. Ce n'est pas une obligation de redistribuer, mais c'est une liberté.

La suite sur april.org

Publié par Christian le 04/08/2017 00:00:00 (10 lectures)
APRIL

Les défenseurs du logiciel libre trouvent souvent leur adversaire dans ceux promouvant les licences privatrices, les formats fermés, les réglementations, etc. Ils admettent une difficulté à communiquer auprès du grand public mais l’effort qui est pratiqué s’essouffle souvent trop vite. La seule distribution qui a commencé à ouvrir le libre au public a été fondée par un entrepreneur.

Mais à bien regarder certains dossiers clés (accessibilité par le logiciel libre, quelques migrations), il est facile de découvrir que la difficulté du libre pour s’étendre est d’abord une affaire de sciences humaines. Incapacité à se définir comme facteur d’inclusion, à rassurer les néophytes, à leur offrir des solutions à leurs attentes consuméristes, comment le libre peut-il mieux prendre en compte ces réalités ? Quel rôle doit avoir le lobbying politique face à la recherche en psychologie, voire psychologie des organisations ? Comment aller chercher de nouvelles forces pour promouvoir et pas seulement montrer un savoir-faire (exemple de Véronique Bonnet) ?

La suite sur april.org

Publié par Christian le 03/08/2017 00:00:00 (11 lectures)
APRIL

Pour cette conférence j’ai pris trois thèmes qui sont extrêmement vastes et qui mériteraient chacun une conférence à part entière sur eux ; que ce soit les logiciels libres, le chiffrement ou la vie privée, c’est très vaste, il y a beaucoup de sujets de débat. Là on va essayer de condenser au maximum pour essayer de s’intéresser aux liens qu’il peut y avoir entre eux.

Donc on va s’intéresser tout d’abord au logiciel libre. On va essayer d’expliquer un peu. Le but de cette conférence c’est principalement de donner les bases pour l’atelier qui va suivre, qui sera justement la mise en place de méthodes de chiffrement et de protection de la vie privée.

Le logiciel libre, qu’est-ce que c’est ?

Un logiciel libre, c’est un logiciel qui respecte quatre libertés fondamentales. Ces quatre libertés fondamentales, la première ça va être la liberté d’exécuter le programme ; d’exécuter le programme et ce pour toute utilisation ; ça, ça aura son importance par la suite. Si on est un boulanger et que l’on veut utiliser un logiciel de comptabilité qui est prévu pour un boucher, on peut le faire, il n’y a rien qui nous en empêche, on peut très bien l’adapter.

La suite sur april.org

Publié par Christian le 29/07/2017 00:00:00 (13 lectures)
APRIL

Par les libertés qu’elles offrent, les licences des logiciels libres sont d’une certaine manière la traduction informatique des éléments structurant d’une démocratie, notamment exprimé dans la devise : « liberté, égalité, fraternité ».

À l’inverse, un logiciel privateur - conçu verticalement comme une « boite noire » imposant des usages aux utilisateurs - s’apparente dans la continuité de cette analogie à de l’autocratie.

Loin d’une réflexion de pure technique, ou d’une quelconque forme de dogmatisme comme cela est trop souvent entendu, cette distinction représente la manière dont nous entendons les notions de progrès, de vivre ensemble, et in fine de liberté, dans une société informatisée.

La suite sur rmll.ubicast.tv

Publié par Christian le 28/06/2017 00:00:00 (23 lectures)
APRIL

Dans le cadre des élections législatives 2017 l'April a mené une nouvelle campagne du « Pacte du Logiciel Libre ». L'objectif était de sensibiliser candidat·e·s et élu·e·s aux enjeux du logiciel libre mais aussi de créer du lien entre les citoyens et citoyennes et les candidat⋅e⋅s. Au total 26 député⋅e⋅s nouvellement élu⋅e⋅s se sont engagé⋅e⋅s à défendre la priorité au logiciel libre et aux formats ouverts dans les administrations publiques. Mais au-delà de ce chiffre, il est temps de faire un bilan de ces 4 semaines d'intenses actions.

Nous venons de publier sur le site Candidats.fr un bilan chiffré de notre campagne du Pacte du Logiciel Libre pour les élections législatives 2017.

La suite sur april.org

Publié par Christian le 27/06/2017 00:00:00 (29 lectures)
APRIL

Extrait de l'article du site Developpez.com par Stéphane le calme en date du lundi 19 juin 2017 :

« La NSA a fourni une liste d’outils qu’elle a développés et qui sont désormais accessibles au public via Open Source Software (OSS) dans le cadre de son TTP (Technology Transfer Program). Pour rappel, c’est dans le cadre de son programme TTP que la NSA transfère la technologie qu’elle a développée en interne à l'industrie, au milieu universitaire et à d'autres organismes de recherche, des transferts qui vont «profiter à l'économie et à la mission de l'Agence». »

Lien vers l'article original : https://www.developpez.com/actu/144942 ... adre-de-son-programme-TTP


Cette revue de presse sur Internet fait partie du travail de veille mené par l'April dans le cadre de son action de défense et de promotion du logiciel libre. Les positions exposées dans les articles sont celles de leurs auteurs et ne rejoignent pas forcément celles de l'April.

La suite sur april.org

Publié par Christian le 26/06/2017 00:00:00 (28 lectures)
APRIL

Éric Guichard - Pierre-Yves Gosset,

Titre : Quelles libertés avons-nous face à Internet ?
Intervenants : Éric Guichard, maître de conférences à l'ENSSIB - Pierre-Yves Gosset, délégué général de Framasoft.
Lieu : Café éthique - École centrale - Lyon
Date : Mai 2015
Durée : 1 h 11 min 11
Visualiser la vidéo
Licence de la transcription : Verbatim

Transcription

Présentateur : Bonjour à tous et merci à vous tous d’être venus si nombreux pour ce café éthique. Aujourd’hui on va parler de la protection des données personnelles sur Internet. Actuellement, Internet est vraiment devenu le vecteur principal d’informations, de communication, qui est utilisé à échelle planétaire. Il nous paraissait légitime, en fait, de faire un café éthique sur la manipulation des données personnelles qu’on échange.

J’imagine que vous le savez tous, mais aujourd’hui est votée la loi sur le renseignement à l’Assemblée nationale et cette loi vise, justement, à collecter en masse les données personnelles des citoyens afin de détecter des comportements suspects. Donc on va aussi parler du rôle de l’État dans la protection des données personnelles.

On a la joie de recevoir Pierre-Yves Gosset qui est délégué général de Framasoft1, l’association qui vise à Dégoogliser Internet2, et Éric Guichard qui est maître de conférences à L’Enssib [École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques] et qui a travaillé aussi à Ulm. Je vous en prie.

La suite sur april.org

Publié par Christian le 17/06/2017 00:00:00 (26 lectures)
APRIL

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du Numérique, a présenté en Conseil des ministres les « priorités du gouvernement en matière de numérique ». L'April appelle le gouvernement à mettre en œuvre une véritable politique publique en faveur du logiciel libre.

À l'occasion du Conseil des ministres du 14 juin 2017, Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du Numérique, a présenté les « priorités du gouvernement en matière de numérique ». Il n'y a pas de compte-rendu écrit de cette communication, mais Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, a listé ces priorités dans son point à la presse (à partir de 14 min 30 de la vidéo).

Les priorités du gouvernement seraient donc :

  • « faire du numérique un moteur pour accélérer la croissance et l'innovation »
  • « faire du numérique un levier pour transformer les services publics »
  • « faire du numérique en sorte qu'il puisse profiter à tous, partout sur le territoire »
  • « faire en sorte que l'espace numérique soit un espace sûr dans lequel les citoyens puissent avoir confiance »

Donner la priorité au logiciel libre et aux formats ouverts dans le secteur public est une condition indispensable pour une informatique loyale au service de l'intérêt général. L'April tient à rappeler ce préalable, point d'appui de la mise en oeuvre des ambitions gouvernementales.

La suite sur april.org

Publié par Christian le 14/06/2017 00:00:00 (23 lectures)
APRIL

Le deuxième tour, c'est maintenant !

Ce sont 577 circonscriptions et environ 1 000 candidats finalistes. Le fichier officiel des résultats du premier tour fourni par le ministère de l'intérieur sera importé aussitôt que possible.

En attendant, n'hésitez pas contacter tous les candidats finalistes que vous connaissez, en commençant pourquoi pas, par ceux de votre région.

Afin de dynamiser les contacts, nous organisons 3 contacthons sur IRC : mardi, mercredi et jeudi, rejoignez-nous sur le candal #candidats.fr sur Freenode (voir ci-dessous les détails techniques).

Pour rappel, au premier tour, 1 contact sur 3 débouchait sur une signature, donc contacter ça marche !

Comment agir ?

La suite sur april.org